Série 02 – Management d’équipe : La motivation (1/8)

Définition :

La motivation est le processus psychologique qui cause le déclenchement, l ’orientation et le maintien d ’un comportement c’est à dire l’action.

Le management est une philosophie de l’action. Ce qui nous intéresse, en tant que manager, c’est que nos collaborateurs disposent de suffisamment d’énergie pour agir. Or, c’est la motivation qui est le carburant de l’action.

La motivation comme carburant de l’action :

Pour illustrer ce point, imaginons que le collaborateur
est symbolisé par un voilier et que son passage à l’action est entravé par tous les freins intérieurs (représentés ici par un rocher qui empêchera le voilier d’avancer).

Le manager qui veut agir sur cette situation aura deux solutions :

  • Première solution, s’attaquer au rocher !!!
    Cette approche risque de prendre beaucoup de temps (peut-être deux ou trois ans de thérapie !) et de réclamer de vraies compétences en psychologie. Le manager n’a souvent ni ce temps, ni ces compétences.
    Il faut trouver des moyens plus rapides et accessibles au manager opérationnel que nous sommes.
  • Autre solution, élever le niveau d’énergie du collaborateur
    ce qui lui permettra de franchir l’obstacle rapidement
    sans remise en cause personnelle profonde.
    Cette solution, nous le verrons dans un prochain article, ne réclame pas de compétence particulière de la part du manager si ce n’est une grand qualité d’écoute. Car comme nous le verrons, la motivation du collaborateur a d’abord pour origine sa relation avec son manager.

Les deux types de motivations

Deux types de motivations permettent l’action :

  1. La motivation finale : c’est la motivation liée aux résultats. Par exemple, si vous devez faire le ménage, c’est la perspective d’une maison propre et accueillante et d’un endroit où l’on retrouve ce que l’on cherche qui sera votre principale motivation.
  2. La motivation instrumentale, elle, trouve sa source dans le plaisir et la beauté du geste. Par exemple, le bricoleur qui prend plaisir à bien travailler.

Comme souvent la réussite est dans l’équilibre, 30-70 semble la répartition la mieux à même de conduire au succès.

  • 70 % de motivation instrumentale permet :
    • de préparer l’action précisément,
    • de rester motivé devant les difficultés,
    • de garder un niveau de motivation sur une action dont le résultat tarde,
    • d’être rigoureux sur la mise en place des fondamentaux (sans les sacrifier sur l’autel du délai).
  • 30 % de motivation finale permet :
    • de ne jamais oublier l’objectif et le délai.

En dehors de cet équilibre, on risque de développer les pathologies suivantes :

  • Angoisse : la peur du résultat paralyse la compétence.
  • Euphorie : L’inconscience de l’enjeu fabrique la défaite.

Pour une action dans la durée, il faut les deux types de motivation.

  • La motivation finale fournira un haut niveau d’énergie entamée toutefois par les obstacles,
  • La motivation instrumentale, elle, fournira un niveau d’énergie stable et encore renforcée par les obstacles.

Dans un prochain article, nous développerons les différentes sources de motivation sur lesquelles le manager peut agir.

Alain WIND
http://www.dekades-conseil.com

17.04.2010 · Alain WIND · Pas de commentaires
Tags: ,  · Posté en: 03 - Management d'équipe

Laisser une réponse

Vous devez être connectépour commenter.