Livres – Seuls les paranoïaques survivent

Pourquoi il faut lire ce livre ?

Une des responsabilités majeure du manager : La vision, est parfaitement et pratiquement illustrée dans ce livre.
Andy GROVE nous propose un mode opératoire très concret pour essayer de repérer les « points d’inflexion stratégiques » et d’anticiper les conséquences pour son service ou son entreprise.
A mettre dans sa bibliothèque et à relire régulièrement pour se réveiller.

Résumé :

Au début des années 80, le patron d’ATT appelle dans la nuit ses vice-présidents. Il leur annonce qu’il renonce à combattre la plainte du ministère de la Justice américain pour position dominante. En clair, c’était le démantèlement du géant mondial des télécoms, la fin d’un monopole, pratiquement du jour au lendemain, et la plus grande révolution dans le téléphone depuis son invention. ATT atteignait un « point d’inflexion stratégique », tout comme les autres compagnies de téléphone dans le monde.
Vers le milieu des années quatre-vingt, les producteurs japonais se mettent soudainement à fabriquer des puces à mémoire. La société Intel connaît alors une crise sans précédent. Pour s’adapter, elle se lance dans l’aventure des microprocesseurs et met à son tour les constructeurs de grands ordinateurs traditionnels en difficulté. Cofondateur d’Intel, Andrew Grove relate ainsi son expérience et les stratégies qui auront fait de son entreprise l’une des vingt-cinq premières sociétés mondiales. Ingénieur et docteur de l’université de Berkeley, il tire les leçons majeures de cette expérience : « Tôt ou tard, quelque chose va changer dans votre environnement de travail », ne cesse-t-il de répéter. Partant du constat de l’évolution frénétique des nouvelles technologies, et par conséquent de l’environnement de concurrence accrue, il érige la paranoïa en une véritable valeur stratégique dans le monde des affaires. Il définit alors le concept de « point d’inflexion stratégique », qui représente le moment de métamorphose d’un secteur d’activité et révèle les moyens de les anticiper.
En trente ans, Andrew Grove a souvent connu ces situations de profond bouleversement. Cofondateur d’Intel en 1968, il est à l’origine des choix stratégiques radicaux qui ont transformé ce fabricant de semi-conducteurs en leader mondial du microprocesseur. Il en a déduit sa théorie des « points d’inflexion stratégiques », qu’il développe dans ce livre au style très enlevé, plein d’anecdotes, de références aux grands précurseurs et de cas d’entreprise, d’IBM à Apple en passant par Intel.

Que les choses soient claires: Andrew Grove est paranoïaque, et il assume. D’après lui, c’est devenu une qualité essentielle au bon manager. Un patron doit être un paranoïaque de la concurrence, de son environnement professionnel, de l’évolution technologique, pour sentir le changement « puissance dix » qui bouleversera la vie de son entreprise. Ne pas s’adapter, c’est mourir.

Le problème, avec ces « points d’inflexion stratégiques », c’est que l’on n’est jamais certain du moment où ils se déclenchent. Internet, par exemple: comment savoir si le réseau révolutionnera votre activité, et quand? Lorsque Amazon.com s’installe sur le Web et devient en deux ans la plus grande librairie du monde (plus de 1 million de références), les secteurs de l’édition et de la distribution pourraient bien avoir atteint un point d’inflexion stratégique. Comment savoir si un événement est un vrai signal ou beaucoup de bruit pour pas grand-chose? « Aucune idée, reconnaît Grove. Mais si j’avais la réponse, je ne vous la vendrais pas. »

Sommaire :

  • Quelque chose a changé
  • Un changement « puissance dix »
  • La mutation du secteur informatique
  • Cela n’arrive pas qu’aux autres
  • « Pourquoi ne pas le faire nous-mêmes ? »
  • « Signal » ou « bruit » ? Vive le chaos ! Maîtriser le chaos
  • Internet : menace ou promesse ? « Signal » ou « bruit » ?

L’auteur :

Andrew GROVE est hongrois. Immigré aux Etats-Unis, il y obtient le diplôme d’ingénieur et un doctorat de l’université de Berkeley. En 1968, il est l’un des trois cofondateurs d’Intel dont il devient directeur général en 1987. Depuis, il a mené l’entreprise au succès en sentant venir les bouleversements du secteur de la haute technologie et en prenant les bonnes décisions stratégiques qui ont permis à Intel de multiplier ses bénéfices par huit en six ans.
Il enseigne, par ailleurs, la stratégie à la Stanford School of Management.

J’ai aimé :

  • Un livre majeur sur la responsabilité du manager dans le domaine de la vision.
  • Très bien écrit, ce livre se lit comme un roman.

J’ai moins aimé :

  • Andy a un peu la grosse tête et cela agace parfois au point de brouiller le message.

Du même auteur :

13.05.2010 · Alain WIND · Pas de commentaires
Tags: , , ,  · Posté en: 10 - Livres

Laisser une réponse

Vous devez être connectépour commenter.